Prendre l’avion avec son enfant…





 

 

C’était une première

Le premier avion, le premier décollage, le premier atterrissage

4 heures de vol à deux ans et demi

Autant dire que je me questionnais, sans trop d’appréhension

A bien y réfléchir cela aussi était une première

Je n’avais pas peur

Et pourtant j’ai peur en avion, mais là j’avais tout oublié

J’étais heureuse de la voir heureuse

Pendant le décollage elle a rigolé pendant que je serrais fort la main de son papa

Car moi je déteste le décollage

A l’atterrissage pareil, elle a adoré

 

Pour ce qui concerne le vol en lui-même je m’étais renseignée au préalable

J’avais farfouillé sur Internet à la recherche d’articles-conseils

Les semaines qui ont suivi le départ, 

j’ai fait le plein de petits « cadeaux »

Des revues avec histoires, gommettes et crayons de couleurs

Dont une avec un avion pour simuler le décollage

Et puis aussi quelques Sylvanian

Elle les a adoré, pendant les vacances et depuis notre retour

Ils sont devenus ses jouets favoris

Elle qui adore inventer des histoires avec des personnages

Elle était aux anges en ouvrant son paquet 

Et en découvrant les Sylvanian au fur et à mesure

Pour finir quelques épisodes d’inspecteur Gadget

Ont permis de terminer le vol tranquillement

 

Je conseillerais donc de prendre différentes catégories de jouets

Coloriage, lecture, gommettes, jouets, dessins animés

Sans oublier le doudou et une petite couverture

Les proposer au fur et à mesure du vol

Quand on voit que l’enfant commence à se lasser ou s’ennuyer

Le repas est aussi un moment pour faire passer le temps

J’ai lu qu’il fallait éviter au possible de donner des sucreries aux enfants

Pour éviter que le sucre ne les énerve

J’aurai tendance à dire qu’en voyage les enfants ont une alimentation différente

Pas toujours très équilibrée

Et qu’il vaut mieux avoir une palette de différentes choses à leur proposer

Sucrées et/ou salées

 

Tout dépend de leur faim, de leur fatigue et de leur humeur

Lina avait mangé un sandwich avant d’entrer dans l’avion

Puis une fois à bord, une compote a fait l’affaire 

 

Et si l’enfant pique une crise ?

Au décollage, à l’atterrisage ?

Peur du bruit, des vibrations ?

Le maintenir le plus possible contre soi

Lui parler calmement de tout et n’importe quoi

De ce que fait l’avion, pourquoi il bouge et est bruyant

Evoquer les vacances à venir ou celles qui viennent de se terminer

Faire la liste de tout ce qu’il pourra raconter à ses copains en rentrant

Je parle par expérience

Lina a hurlé comme une malade à l’atterrissage au retour

La fatigue, les oreilles bouchées

Elle ne voulait pas s’attacher

Elle voulait rester dans mes bras

Mais c’était tout simplement impossible

J’ai pu soulever l’accoudoir pour la serrer très fort contre moi

Lui raconter plein de choses me venant en tête

Elle a mis du temps, mais elle s’est calmée

Surtout ne pas se soucier des voyageurs autour qui peuvent râler

Rester calme et parler à voix basse

 

Voilà, je pense avoir fait le tour

Tout comme les vacances, le vol peut être une vraie aventure

Il ne faut pas avoir d’appréhension et faire le plein d’activités

Bises et bon vol !

Julie

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    DeboBrico
    30 mars 2015 at 21:39

    Nous on a fait un long voyage 11h avec un grand de 4 ans et une choupette de 11 mois, voilà notre expérience: https://debobrico.wordpress.com/2014/11/24/la-reunion-voyager-avec-des-enfants/

  • Leave a Reply