Se reprendre en main après la grossesse





Malyslon - Se reprendre en main

Et bien oui, je n’ai pas mon bébé mais j’ai les kilos en trop.
10 kilos presque tout pile me séparent du poids de début de grossesse.
Je crois que ça va, ce n’est pas trop, c’est faisable.

Pourquoi, je m’obstine tant/déjà à vouloir perdre ces kilos ?
Parce que mon bébé n’est pas avec nous mais j’ai envie
de l’avoir ma belle et grande famille.
C’est comme ça, ce besoin dans les tripes.
Et je ne veux pas laisser Lina seule.
Elle rêve tant d’une petite soeur ou d’un petit frère.
Mais avant d’envisager une autre grossesse je souhaite être en forme,
m’aimer physiquement, savoir m’activer sans m’essouffler,
ne pas me trouver grosse/moche et tout le tralala.

Je sais aussi que pour me sentir mieux dans ma tête
il faut que je me sente mieux dans mon corps.
C’est ainsi, je l’ai déjà expérimenté !
Alors je ne me voile pas la face, il faut que je m’active.
C’est un tout : grossesse/état mental/état physique

Et ce n’est pas un peu rapide ?
Peut-être que oui, peut-être que non.
Tout dépend des personnalités, des envies, des besoins et j’en passe.
Là j’essaie de reprendre le dessus un peu à ma manière
et je suis assez contente du résultat pour le moment.
Je n’oublie pas pour autant mon Edgar,
c’est peut-être lui qui me donne cette force, son souvenir immuable.

Comment je m’y prends ?
Je pratique du yoga et des étirements à l’aide des vidéos sur Walea.
Si vous saviez comme ça me fait du bien ce petit rendez-vous
que j’organise chaque matin pour prendre soin de moi.
Ca devient une habitude, un rituel depuis quelques jours.
Et puis je ris, je souris et je fais l’idiote un max (si si ça compte !)
Enfin, je commence à manger mieux mais j’avoue que la nourriture
c’est mon gros problème car j’aime manger trop
et puis la petite bière ou le rosé frais du soir c’est tellement agréable.
Alors je vais essayer de me concocter des repas légers au moins pour le soir.
Des salades pour le moment puis des soupes pour l’automne et l’hiver.

Je pleure, j’ai mal, je souffre de ce manque, de mon bébé parti
mais mon malheur ne m’empêche pas d’avancer,
au contraire il m’y pousse.
J’utilise toute cette force pour envisager l’avenir car j’ai des rêves à réaliser,
tout un monde à inventer pour notre famille.

N’oubliez pas d’être heureux.
Julie

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    Laure Popote
    19 août 2016 at 16:48

    Je ne t’écris pas souvent, pourtant je pense beaucoup à toi. Peur d’être maladroite, peur de ne pas savoir quoi dire… Peut-être aussi que ce qu’il t’arrive représente une de mes pires craintes de femme pas encore maman, alors je ne sais pas trop comment réagir. Je préfère me cacher derrière mon écran d’ordinateur, à essayer de t’envoyer des bonnes ondes par télépathie ou écran interposé.
    Mais en lisant cet article, une fois encore, j’ai été admirative de ta façon de réagir. Tu (re)prends la vie à bras le corps, et c’est tout à ton honneur.
    Lina et Edgar ont de la chance d’avoir une maman comme toi.
    Je te souhaite plein de bonheur, tu le mérites.

  • Reply
    Emmanuelle
    19 août 2016 at 17:03

    Julie, je me permets un message ici cette fois-ci, pour vous dire mon admiration et vous dire aussi que le besoin que vous exprimez est très naturel, je crois. Vous avez choisi d’être du côté de la vie après la perte d’Edgar, c’est dur mais le jeu en vaut la chandelle. J’espère ne pas vous choquer ou vous attrister mais c’est difficile (moi je trouvais même cela un peu humiliant, j’ose le mot) de se trainer les kilos de grossesse, les souvenirs de l’accouchement, les remarques innocentes et désagréables, sans avoir son bébé dans les bras. Et que c’est dur de se reprendre en main, de ne pas sombrer dans le laisser aller quand le désir de rester au fond de son lit est plus fort que nous! J’avais repris la course à pied un mois après la mort de mon bébé, je m’étais fixé comme objectif de courir mon premier 10 km, 4 mois plus tard. Et en courant à Vérone, puisque la course avait lieu là, sous un ciel presque bleu, penser à ma toute petite m’a donné des ailes. D’où ils sont, ils sont notre force pour affronter les petites et grandes épreuves. Pas un jour,sans lui dédier secrètement mes petites et mes grandes victoires….
    Vous avez le courage et la force pour réinventer votre vie, qui sera belle, j’en suis sûre.
    Je vous embrasse.
    E.

  • Reply
    Marion
    19 août 2016 at 19:57

    Bravo mille fois bravo.

  • Reply
    Xofia
    19 août 2016 at 20:24

    Félicitations! belle mentalité, belle force de vie! Continuez d’avancer…je vous souhaite plein de bonheur après ce malheur….

  • Reply
    Aurélie
    19 août 2016 at 21:07

    Bonsoir Julie, je me permets un message et même le tutoiement (??). Je trouve tes textes magnifiques et tellement vrais. Tu te tournes vers la vie, vers le bien-être et la joie et c’est beau tout simplement! Comme ton précédent article d’ailleurs que j’ai trouvé particulièrement émouvant. Tu sembles avoir une très jolie famille… je te souhaite qu’elle s’agrandisse encore et que votre petit Edgar vous donne de la force, toujours. Plein de douces pensées pour vous et ta petite Lina si jolie. Et plein de courage pour la remise en forme!

  • Reply
    Borneuf-Joubert Sophie
    19 août 2016 at 21:29

    Quel courage et quelle force malgré la souffrance … Vous êtes une belle personne meme avec 10 kilos en trop n’en doutais jamais ! Et de la ou il est votre petit Edgar est fière de vous et Lina à de la chance d’avoir une femme et maman comme vous comme exemple … Je vous embrasse Sophie

  • Reply
    lolabelle
    19 août 2016 at 21:50

    Depuis que j’ai découvert ton blog, un truc un peu fou m’arrive, je me languie de passer par ici pour prendre ma dose de foi en la vie (et j’ai du boulot)!!!
    Ta force et la manière dont tu avances pas à pas, chaque jour, repoussant un peu plus les limites, tes limites sont un véritable exemple et une mine d’inspiration: le petit journal des pensées positives, les déclarations d’amour à ton homme, la bienveillance envers ta fille que tu essaies de mettre en place, les activités pour réapprendre à aimer ton corps…je ne sais pas comment tu arrives à mener tout ça de front!!!
    Bien sûr, j’imagine très bien (et tu en parles d’ailleurs) que les journées ne sont pas faites que de moments purement positifs mais évoquer, comme tu le fais, ces choses que tu mets en place au quotidien pour apprécier la vie, tu ne peux as savoir comme c’est communicatif!
    merci à toi pour ce partage!

  • Reply
    Juste quelques kilos - malyslon
    11 avril 2017 at 18:26

    […] pas grand chose 7 kilos, ça aurait pu être pire. J’en avais déjà parlé dans un article avant de retomber enceinte. Je sais que j’aurais l’occasion de perdre ce poids plus […]

  • Leave a Reply