Mon deuil périnatal





malyslon - deuil périnatal

Je ne sais pas trop par où commencer.
A vrai dire je pose ces mots là un peu comme l’eau qui coule.
J’ai besoin d’écrire pour me libérer,
pour crier ma douleur à la face du monde.

J’ai besoin de dire ce qui me fait mal,
ce que je trouve si injuste et
qui me fait me dire que j’aimerais me réveiller.
Toutes ces choses qui me rappellent l’absence et le manque.
La jalousie aussi en quelque sorte.

Ces ventres ronds si insouciants – ces bébés qui bougent si bien –
ces questions qui font mal « alors au fait ta femme a accouché ? » –
ces cartons pleins des vêtements précieusement rangés et non utilisés –
cette poussette encore emballée reçue le jour de l’accouchement –
ce cosy toujours posé sur l’armoire – SES petits habits mis à sa naissance
et qui nous ont été rendus avant la crémation –
ces vêtements de grossesse que je portais avec lui
et que je porte toujours parce que ce sont les seuls qui me vont –
ce petit lit démonté et posé contre le mur –
ce corps qui porte les traces de sa vie –
cette pochette contenant toute son histoire,
des échographies jusqu’au devis des pompes funèbres –
ces souvenirs de mon ventre rond de lui lorsque je nous photographiais –
ce test de grossesse positif et cette photo envoyée à papa
alors qu’il était en réunion – cette annonce pleine d’émotions
à tous nos proches – ces nausées, ces douleurs aux seins –
ces balades le soir en amoureux les derniers jours en l’attendant –
SES derniers mouvements si puissants lors du monitoring du terme –
et puis cette bosse, là sur mon ventre, cette grosse bosse
qui ne bougeait pas, qui ne réagissait plus…

Voilà mon deuil périnatal…

Julie

You Might Also Like

24 Comments

  • Reply
    Alex
    30 août 2016 at 22:24

    Je ne sais quoi dire si ce n est que je vous admire d arriver à poser ces mots qui sont si juste mais cette situation qui est Tellement injuste. Je pense fort à vous et à ce petit ange E.

  • Reply
    Alexandra Panphike
    30 août 2016 at 22:45

    Quel courage vous avez, quand je lis vos posts je vous admire. Continuer de croire en la vie quand elle nous fait tant de mal C est dure Mais tellement important car nous sommes toujours entourés de personnes super. Continuez comme ça je vous ai découvert il y a peu Mais j’adore vous lire.

  • Reply
    Xofia
    30 août 2016 at 22:46

    A vous lire, j’ai envie de commenter…mais impossible de trouver les mots justes. Si tu étais une amie, je te prendrez les mains et je me tairais.. car aucun mot ne sonnerait juste. Quand je lis ce post, je pleure, je regarde mon ventre rond de sept mois, je me dis que ce n’est pas possible, qu’un tel drame ne peut arriver, que la vie n’est quand même pas SI injuste!! et puis je lis, et je me dis que malheureusement, oui, des choses pareilles arrivent, et qui OUI la vie peut être si injuste…alors ce soir, j’ai juste envie de poser ma main sur la votre…

  • Reply
    Estelle
    31 août 2016 at 07:53

    J’ai les larmes,
    des milliers d’étoiles au dessus de votre tête, et le petit ange fait parti de ces étoiles et veille sur vous .
    Vos mots sont si touchants

  • Reply
    Caroline
    31 août 2016 at 08:41

    Enivrez-vous de l’énergie, de l’insouciance et de la joie de votre petite fille.
    Reposez-vous sur la force et l’amour de votre conjoint.
    Comptez sur la bienveillance de vos amis.
    Faites-vous confiance et aimez-vous…

  • Reply
    Simply to share
    31 août 2016 at 09:36

    Julie… Tu fais poser tes maux sur des mots, sur tes douleurs, sur tes incompréhensions, sur ta rage face à cette injustice, toi qui attendait cet enfant qui devait être votre cadeau de l été à vous trois. Tu as raison de faire exploser ta douleur ton ressenti, tu as raison de t exprimer, la vie ta prit, vous a prit ce petit, il y a t il une raison a cela, se sera toujours un mystère, mais peut être vaut il mieux que se soit arrivé ainsi que plus tard, car ta peine, votre peine aurait été plus profonde encore si il y avait eu des échanges de regards, de gestes, de sourires, de peaux à peaux, je comprends ta douleur, je veux juste peut être maladroitement te réconforter dans cette logique. Tes mots poses sur cette feuille sont juste et comme je peux comprendre ton désarroi ! J espère que tu es bien entouré pour passer ce mauvais cap ? Garde espoir Julie, un jour viendra… Ou tes maux seront guéris par des mots. Douce journée

  • Reply
    Sept à la maison
    31 août 2016 at 10:48

    Tu es très forte ! Je ne pouvais pas me trouver en présence de ses affaires sans m effondrer… je t’embrasse ! Mille baisers à E ton étoile.

  • Reply
    S
    31 août 2016 at 11:08

    J’ai vécu les mêmes épreuves, 3 fois et mon message s’adresse a tous ceux qui commentent vos messages de soutiens sont très important mais je vous en supplie arrêté de dire qu’elle est forte, elle n’a pas le choix ! la vie a été cruelle avec elle et elle doit désormais apprendre à vivre avec cette douleur et cette absence. Elle n’est pas forte elle fait avec alors admiré la mais ne dite pas que les couples qui passent par la sont forts ces mots sont terribles a entendre et n’apporte pas de soutien.

  • Reply
    Escarpins et Marmelade
    31 août 2016 at 12:27

    Je suis de tout coeur avec toi et bien que n’ayant pas connu ce deuil, j’arrive à entrevoir l’horreur de ce que tu dois ressentir. ..
    Il y a des forums spécialisés dans les deuils peri-nataux. Les mamans y écrivent ce qu’elles ressentent, se soutiennent, pleurent. ..
    J’en ai suivi quelques uns et beaucoup de mamans réussissent à reconstruire leur vie après ce drame .
    C’est sans doute trop tôt pour toi, mais sache qu’il y a une sortie à ce tunnel…

  • Reply
    Melle Blanche
    31 août 2016 at 12:30

    Usez et abusez de la prise en charge psy de l’hôpital ou en libéral. Ce n’est pas miraculeux mais ça vous sera bénéfique.
    L’entourage peut au mieux aller jusqu’à la compassion mais pas la compréhension.

  • Reply
    Agnès
    31 août 2016 at 12:39

    C’est si triste, Julie…
    Continue à te livrer si tu en as besoin !!! Nous serons là pour te lire.
    Courage à vous

  • Reply
    elisa
    31 août 2016 at 13:43

    mon dieu les larmes me montent…quelle épreuve épouvantable…plein de bisous à vous ainsi qu’à votre petite chérie

  • Reply
    lolabelle
    31 août 2016 at 16:09

    Tout ça est tellement émouvant! Tellement évident que ça soit si difficile! Des mots vrais sur la douleur du deuil, sur cette épreuve impensable, dont beaucoup « de protagonistes » manquent d’empathie je trouve comme ses petits vêtements rendus.
    Après ta force (j’ai lu le commentaire plus haut) c’est de parvenir à en parler, à raconter ici ce que tu ressens, je le redis, choisir depuis le 1er instant de ce drame, la vie!!! Parce que non seulement tu avances (comme dit plus haut, comme tous ceux qui y sont confrontés parce qu’on n’a pas le choix) mais tu as décidé d’en faire un moteur pour aller vers le bonheur!

    1000 pensées pour vous 3!

  • Reply
    So
    31 août 2016 at 18:22

    J’ai découvert votre compte instagram au moment où vous avez perdu votre fils et j’ai été bouleversée. Depuis je suis éblouie par vos sourires. Ma maman a vécu la même chose que vous il y a plus de 40 ans, pour sa 1ère grossesse. Nous sommes maintenant 4 frères et soeurs. J’ai toujours entendu parler de cet événement sans vraiment aborder le sujet avec mes parents, de peur de réveiller les douleurs . Je suis la dernière, il y a 10 ans d’écart entre ma soeur morte née et moi. C’était toujours un peu loin en fait. En tant que maman qui n’a jamais rien traversé de tel, je ne peux qu’imaginer votre douleur mais je vous souhaite beaucoup de courage pour traverser cette épreuve. J’ai hésité avant d’écrire un commentaire de peur d’être maladroite et j’espère que ce n’est pas le cas. Tendrement, Sophie

  • Reply
    Julie Azou
    31 août 2016 at 20:35

    Je n’ai pas de mots ma douce ❤️ Ni ici ni de vive voix je me sens si impuissante, toi, Lina, Mathieu vous vous aimez si fort, appuyez vous sur cet amour pour continuer à aller de l’avant, pour assouvir votre soif de bonheur, pour nourrir vos jolis rêves, je vous souhaite tant de bonheur

  • Reply
    Marion
    31 août 2016 at 20:54

    Je pense à vous si souvent. J’espère que toutes ces pensées arriveront jusqu’à vous et votre famille. Un jour il y aura comme une clarté dans la douleur. On oublie jamais les plus grandes douleurs mais un jour elles ont une place dans notre tête dans notre corps. Un endroit comme un refuge. Je vous embrasse chaleureusement. Je vous souhaite tant d’amour à vous votre mari et votre petite fille.

  • Reply
    G.diem
    1 septembre 2016 at 12:13

    Je suis comme tout le monde, je ne sais quoi te dire, juste te lire et sentir ce chagrin et cette peine, votre cœur meurtri à jamais. Ces moments ne devraient pas exister! C’est tellement injuste de subir ça!
    Je t’envoie toute mon affection même si nous ne nous connaissons pas… Plein de bonheur et de « bye bye morosité »…

  • Reply
    sabine
    1 septembre 2016 at 13:06

    Je te fais mille baisers de soutien ma jolie Julie. J’aimerai être près de toi, te serrer fort et te dire que ça va aller… mais je ne peux pas faire tout ça alors je fais voler comme je le fais depuis ces dernières semaines des baisers dans le vent pour qu’ils viennent réchauffer tes joues trempées et tes mains tremblantes. Je suis loin mais je suis là.

  • Reply
    Marie
    2 septembre 2016 at 09:00

    Prenez le temps… prenez le temps Julie. Le deuil passe par plusieurs étapes… la colère est importante et vous devez l exprimer. Vous en avez le droit, parce que oui, c est injuste, dans le sens ou vous ne l avez pas mérité. Vous ne meritiez pas de perdre votre petit garçon. Personne. Et même si les enfants qui naissent autour de vous ne vivent pas au détriment du vôtre, c est douloureux de rage et d envie. Vous pouvez laisser sortir cette rage ; seule ou avec votre amoureux. Il est dans doute votre meilleur allié dans ce drame. Et un jour…. un jour vous accepterez. Vous vivrez avec sans sentir cette même de fond qui vous dévaste. Un jour… Personne ne sait quand, mais votre immense douleur aura une fin. Prenez soin de vous, laissez les autres prendre soin de vous. Prenez soin de votre amoureux aussi. Je vous souhaite d être heureuse Julie. Belle et longue vie M.

  • Reply
    yeahyeahgirl
    4 septembre 2016 at 19:33

    J’espère que la vie sera douce pour vous maintenant parce que je crois qu’on peut difficilement vivre pire. Je n’ai pas de chose intelligente à te dire alors voici un câlin silencieux… <3

    • Reply
      malyslon
      4 septembre 2016 at 21:42

      Et c’est déjà parfait <3 J'avoue que je l'espère aussi et en même temps j'ai tellement peur. Peur de revivre ça, peur de perdre ma fille ou mon mari, je suis devenue une grosse flippée (bon je l'étais déjà avant mais ça s'est carrément accentué !). J'essaie de rester positive tout de même mais c'est clairement pas facile tous les jours :s

  • Reply
    Mag
    4 septembre 2016 at 22:09

    c’est fort de vous lire … Ça secoue … Ça donne les larmes aux yeux … C’est terrible … La vie est si terrible parfois … Souvent … En quelque secondes on se rend compte de la grande fragilité du calme et du bonheur que l’on pensait acquis avec insouciance !
    Je vous souhaite d’être heureuse … D’être heureux .. Que le temps apaise vos souffrances
    Je vous sert contre mon cœur

  • Reply
    Blandine de Coincy
    6 septembre 2016 at 16:58

    C’est par mon amie Anne-Cecile, Anzil, que je découvre votre blog…votre deuil périnatal est le premier post que j’ai lu, non par curiosité malsaine … Malheureusement je l’ai vécu moi aussi. Il y a un peu plus de 4 ans, alors enceinte de 9 mois, un mauvais pressentiment et un bébé que je n’arrive pas à faire bouger… Â la maternité on m’annonçait ce que je craignais : mon bébé n’était plus. Encore pleine de lui, mais vide de vie… Décédée le 27 avril, nee sans vie le 28. Inhumée le 4 mai 2012, date de mon terme. Vos mots et vos maux ont été les miens. Aujourd’hui je sais qu’aucun mot ne pourra vous apaiser. Juste etre là, écouter votre peine, entendre votre douleur. Vous dire que jamais votre bébé ne sera oublié, qu’on prononcera son prenom à haute voix. Je vous assure qu’un jour vous serez de nouveau heureuse, autrement. Je vous envoie tout mon soutien pour traverser ces jours, semaines et mois à venir. On ne contourne pas un deuil, on Le traverse. On n’oublie jamais notre bebe, mais on apprend à vivre avec le manque, et son absence est notre plus fidèle présence. Amicalement , Blandine

  • Reply
    Elsa
    30 septembre 2016 at 12:09

    Hé bien ce ne sont plus des larmes aux yeux mais de vraies larmes maintenant… Je ne peux pas imaginer, non je ne peux résolument pas, mais plein plein de bises sucrées, cotonneuses, aériennes.

  • Leave a Reply