Entre inquiétude et confiance envers son enfant





Malyslon - Entre inquiétude et confiance envers son enfant

Entre inquiétude et confiance envers son enfant parfois le curseur oscille.

Depuis que Lina est née et pour tout un tas de situations je me suis dit :
« j’ai confiance en elle, si elle a un soucis elle me le fera savoir ».
Un peu comme si il y avait une communication secrète entre nous.

J’avais confiance en elle lorsqu’elle a commencé à dormir seule dans sa chambre,
quand elle mangeait moins et quand on a appris qu’elle avait un problème aux yeux.

title-divider

Alors bien sûr j’ai toujours confiance en elle,
mais cette confiance a changé, a évolué,
elle s’est déplacée sur mon curseur imaginaire.
A bientôt 5 ans, Lina est devenue plus indépendante,
plus mure et a affirmé son caractère…
ce qui a modifié notre rapport l’une à l’autre.
Elle me teste, elle m’encourage, elle me fait confiance.
Finalement tout ceci est histoire de réciprocité.
Elle agit avec moi comme j’agis avec elle.
Vous savez ? Ce fameux phénomène d’éponge !

Donc oui, j’avoue tout, je suis de ces mamans
qui s’inquiètent beaucoup pour ses enfants.
Parfois j’anticipe les dangers, dans la rue notamment,
parce que c’est envers les autres que je n’ai pas confiance.
J’aimerais qu’elle ne souffre jamais, tout en ayant conscience
que c’est un apprentissage des bons et des mauvais sentiments,
des bons et mauvais comportements également.

title-divider

Cette fameuse inquiétude a refait surface
de manière accentuée il y a quelques mois.
Lina venait de perdre son petit frère,
alors en bonne maman poule, j’avais peur de tout pour elle.
Et par dessus tout je craignais la rentrée des classes
car ça signifiait encore des changements dans sa vie déjà mouvementée.
Elle est entrée dans une nouvelle classe, séparée de ses anciens camarades
et avec une nouvelle maîtresse, une maîtresse remplaçante
jusqu’au retour de sa « vraie » maîtresse alors en congé maternité.
Toutes ces choses ajoutées aux mamans croisées qui nous questionnaient
au sujet de son petit frère, ne sachant pas son décès.

De mon côté, j’essayais de ne pas la harceler de questions
et préférais analyser son comportement au quotidien.
Je n’ai rien vue de particulier ni d’inquiétant.
Au contraire ses soucis de constipation ont disparu.
Et puis elle a continué de sourire, de rire, de râler,
d’être elle tout simplement.

title-divider

Quelques mois après tout cela j’en retire une conclusion.
En tant que parent il est tout à fait normal de s’inquiéter pour son enfant.
Et ce d’autant plus en cas de situations « exceptionnelles ».
Lina m’a toutefois appris une chose : quand on va bien, elle va bien.
A l’école, tout va pour le mieux, elle n’a pas souffert des changements.
Si elle avait eu un soucis elle me l’aurait fait savoir d’une quelconque manière.
Je sais à présent que j’ai toute confiance en elle,
qu’elle est forte et heureuse.
De son côté elle sait que si un jour elle ne va pas bien
elle peut m’en parler en toute franchise et sans jugement de ma part.

Bien sûr concernant d’autres sujets comme les dangers sur la route,
le curseur entre inquiétude et confiance tend plus facilement
vers l’inquiétude, mais à son âge c’est tout à fait normal il me semble.
Il lui reste encore beaucoup de règles et bonnes habitudes à acquérir.
Et pour tout cela il faut du temps…et de la confiance !

Cette petite « analyse » est tout à fait personnelle
et peut totalement différer pour vous.
Je souhaitais avant tout montrer encore une fois
que l’on peut pencher la balance du côté positif
pour une vie quotidienne plus apaisée
pour nous et nos enfants.
Ca semble un peu niais mais c’est ce que je ressens.

Je vous embrasse bien fort,
Julie

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Séverine
    25 janvier 2017 at 08:37

    Si bien dit… et bien écrit… Merci

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.