6 mois sans lui





Malyslon - Deuil périnatal - Edgar - Bali

Et parfois le temps passe si vite.
En fait ce n’est pas parfois mais tout le temps.
Tout le temps sauf quand on en a vraiment envie.
Le temps de son absence passe si vite.
On laisse les jours tranquillement se dérouler
et soudain on réalise.
6 mois. Déjà.

Vous aviez raison en me disant que le temps ferait son oeuvre.
Même si en fait c’est plutôt mon coeur et ma tête qui font leur oeuvre.
On s’est récemment souvenu avec Mathieu.
Parce que parfois quelques détails nous reviennent à l’esprit.
On s’est souvenu du monitoring et de la sage femme qui cherchait
le son de son petit coeur sans y parvenir.
On s’est souvenu qu’à ce moment là j’ai souri à la sage femme
et lui ai dit « il n’y a plus de coeur, il n’est plus là ».
Elle était désespérée, elle essayait de me rassurer et finalement
c’est moi qui l’ai rassurée en lui montrant que j’avais compris
et que ça allait, que je n’allais pas devenir folle.

Rien n’a été violent dans la mort d’Edgar.
Tout a été doux et l’est encore.
De sa naissance aux instants présents,
il a laissé dans nos coeurs et nos têtes beaucoup de douceur.

Je ne sais pas encore vraiment expliquer cette tranquillité.
Je sais par contre que j’espère maintenant de tout coeur
montrer qu’il est possible de tirer du positif d’une terrible
expérience comme celle-ci.
Sans s’empêcher de pleurer ni de parler, je crois
qu’il est possible de prendre un chemin apaisé.
Pour soi et pour ses enfants déjà là ou à venir.

Finalement je n’aime pas ces dates importantes,
ces dates qui rappellent et qui ravivent les souvenirs.
J’aime plutôt le quotidien parce qu’il est constamment avec nous
sans qu’intervienne le brouillard des moments douloureux.

On parle souvent de lui avec Lina mais elle ne veut pas aller au cimetière
parce que forcément elle ne comprend pas de quoi il s’agit.
Elle a compris la mort alors on préfère attendre un peu
avant de lui expliquer la crémation.
Je crois qu’elle a du mal à imaginer qu’il a vraiment existé
puisqu’elle ne l’a pas vu, mais là encore on préfère attendre
avant de lui montrer des photos.
Je ne suis pas sûre qu’il s’agisse de la meilleure solution mais
c’est ce qui nous va et tant que Lina va bien
on ne préfère pas lui proposer.

Ce qui a été très difficile dans le deuil périnatal
c’est d’avoir eu à prendre des décisions concernant des choses
dont on ne savait rien, dont on ne se souciait pas.
Depuis cet été je reçois régulièrement des emails de mamans
qui vivent ou ont vécu cela et je fais mon possible
pour essayer de les aider et les soutenir.
Je reçois aussi des témoignages de personnes qui ont vécu
le deuil périnatal parce que leur frère ou soeur est mort ainsi.
Et là encore cela me conforte dans notre façon d’être avec Lina,
notre envie d’avancer, de sourire, d’être heureux.
J’avoue aussi que l’idée de témoigner et d’offrir quelques conseils
dans un support littéraire me trotte de plus en plus en tête.

6 mois et bientôt 1 an.
Je ne rêve plus, je vis et j’avance dans la joie.
Je me languis de voir les jours se rallonger,
le soleil nous réchauffer et la légèreté nous regagner.
J’ose aussi secrètement espérer que le bonheur nous surprenne.

Et puis cette photo, simplement parce que ce qui me fait terriblement
mal au coeur c’est qu’il manque un bébé dans mes bras,
c’est qu’il manque un petit frère que Lina devrait câliner.

Merci à vous pour votre présence.
Je vous embrasse,
Julie

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply
    Adel
    13 janvier 2017 at 10:17

    Lisant tes lignes avec mon bébé dans les bras, je pleure et je te trouve tellement courageuse, je t’encourage à écrire sur cette histoire, ça te fera du bien et ça aiderait tellement de personnes… Je te souhaite tout le meilleur pour 2017.

  • Reply
    Un instant de bonheur
    13 janvier 2017 at 10:35

    Je te souhaite d’être toujours dans cette douceur pour t’aider à avancer le plus sereinement possible. Je t’embrasse

  • Reply
    Lucile de Guinzan
    13 janvier 2017 at 10:38

    Quels jolis mots… J’espère évidemment ne jamais avoir à vivre cette épreuve, mais dans le cas contraire j’espère aussi me souvenir de tes articles pour y revenir, y puiser cette force et cette tranquillité. Heureusement que vous êtes là les blogueuses, d’utilité publique !

  • Reply
    Vio la vilaine
    13 janvier 2017 at 11:26

    Je ne t’écris jamais de commentaire et pourtant, je te lis passionnément depuis de longs mois. Aujourd’hui je laisse une humble trace pour te témoigner de mon soutien et surtout, de mon admiration sincère. Merci pour ta douceur et ta lumière.

  • Reply
    lemondedejustine
    13 janvier 2017 at 11:28

    Tu es très touchante et même si c’est dur je suis ravie de lire que tu es persuadée que tu peux en tirer du positif , quelle force ! je te souhaite beaucoup d’amour et de bonheur.

    Bisous

  • Reply
    Mumnours
    13 janvier 2017 at 12:57

    Quel courage, quelle sagesse…
    Tu devrais vraiment te lancer dans ce projet littéraire…
    J’espère que la vie te surprendra, vous surprendras vous le méritez amplement

  • Reply
    Nadège
    13 janvier 2017 at 14:06

    Je vous trouve extraordinaire…
    Merci pour votre sérénité, sagesse et gentillesse.

    Il en existe pas beaucoup des personnes comme vous… Je vous souhaite beaucoup de bonheur, que vos projets se réalisent.

    Bonne journée a vous pleine de douceur.

  • Reply
    Karine Gaussen
    13 janvier 2017 at 14:17

    Toujours de si jolis mots! Tant d émotion qui passe et m émeut… tu es extraordinaire Julie. Je n en ai pas eu l occasion alors je te souhaite que 2017 te mette dans les bras et le coeur tout ce que tu désires! Gros bisous

  • Reply
    Pasquier Vanina
    13 janvier 2017 at 19:33

    Tu as du talent pour écrire les choses. Continue et mille pensées positives pour la suite.

  • Reply
    Cora lyly
    13 janvier 2017 at 20:46

    Coucou toi!!et quel jolie recit du coeur. Tu es top ma chere Julie je te souhaite bcp bcp d amour de joie de bonheur de calins de sourire bref du bonheur au maximum. Et tu as raison … dans ce que tu ecrit… je t embrasse fort.

  • Reply
    anne
    16 janvier 2017 at 15:22

    Merci pour ces quelques lignes

  • Reply
    Mathilde
    18 janvier 2017 at 08:51

    Chère Julie, parce que ta plume est délicate, parce que tu sais si bien traduire les émotions, parce que tu gardes une foi exceptionnelle en la Vie et parce que tant de personnes te suivent ici et sur les réseaux sociaux, il faut que tu écrives ce roman, il le faut vraiment.
    Il y a presque 6 mois, mon Amie Delphine traversait la même terrible épreuve. Moi je suis bibliothécaire jeunesse et j’ai alors cherché des livres pour l’aider… Il y en a très peu, vraiment trop peu. Alors si tu as ce courage, cette force et un peu de temps aussi pour ce projet littéraire, il faut l’écrire. Et je te dirais même qu’il faut aussi envisager un album pour enfants sur le sujet, je sais que tu aurais les mots pour cela.
    Moi aussi, j’écris mais ce sujet « t’appartient », j’espère de tout cœur que tu essaieras…
    Merci Julie pour tes partages.
    Tu me trouveras sur Instagram sous le pseudo « Sitibou » et mes textes sous le hashtag #LesÉcritsDeSiti si le cœur t’en dit…
    Je t’embrasse et te félicite sincèrement pour ce cœur qui n’y la chamade auprès du tien

  • Reply
    Mathilde
    18 janvier 2017 at 08:52

    « Qui bat », foutu correcteur automatique !

  • Reply
    Typhanie - Ge M'aime
    18 janvier 2017 at 21:35

    Merci pour ce texte magnifique et touchant. Tu as bien raison de te tourner vers le positif pour toi, ta fille, ta famille, la vie… On découvre dans ce texte ton courage et ton talent.
    Beaucoup de bonnes pensées à toi et ta famille !

  • Reply
    Elo
    6 février 2017 at 15:37

    Coucou, je suis venue ici après t’avoir « connu » sur IG… Je t’ai écrit un message sur IG.
    Mon petit Sacha, notre premier enfant, doit jouer quelque part là haut avec ton Edgar. Merci pour ces mots, tu as tout dit…

  • Leave a Reply